Signe INCOMPATIBLE avec le BÉLIER


signe incompatible avec le bélier

Un peu trop impulsif, un peu trop direct ou un peu trop fougueux, le Bélier bouscule son monde et cela ne plaît pas toujours. Ce dominant est pour le moins centré sur lui-même et à la poursuite de ses élans, sans prendre en compte les attentes peut-être bien différentes des autres.

Il faut, pour qu'un signe ne lui soit pas incompatible, une sacrée dose de flexibilité et de vitalité. Dans le cas contraire, des modes de vie trop différents ne feront que se télescoper jusqu'au crash final.

 

Scorpion : A personne on ne souhaiterait d'assister à une scène de ménage entre ces deux signes, capables d'oppositions ultra-violentes, avec à ma gauche ce Scorpion extrême et impitoyable, et à ma droite un Bélier colérique et agressif. Comment pourraient-ils se comprendre avant d'en arriver là ? Tout en psychologie, en dissection, en abstractions, manipulant les énergies contradictoires et destructrices de l'attraction-répulsion, le Scorpion jette de l'huile sur le feu du Bélier Non vraiment, ils ne vaut mieux pas qu'ils s'approchent amoureusement, sauf à avoir des ascendants salvateurs.

 

Capricorne : Comment ce Capricorne penseur, érudit, solitaire, calme et casanier pourra-t-il cohabiter durablement avec un Bélier hyperactif, brusque, tonitruant et impulsif ? Trop de différences au niveau du rythme de vie, de la vision des choses, des besoins existentiels... L'incompatibilité est ici véritablement criante. Le Bélier lui-même ne supportera pas les aspects austère, pessimiste, introverti, économe et routinier du Capricorne. Ces traits sont à tous points de vue les contraires de ce qui l'anime.

incompatibilité bélier

Taureau : Bienheureux dans sa lenteur qu'il bonifie par son endurance, ancré dans ses habitudes comme une moule collée à son rocher, attaché à ses propriétés qui fondent son mode de vie, jouisseur des grandes tablées d'été à l'ombre d'un chêne, notre Taureau n'enfourchera pas (symboliquement) son vélo tout-terrain pour aller crapahuter sur les chemins escarpés sur lesquels voudrait l'emmener le Bélier. Il ne suivra pas non plus des décisions prises au dernier moment et à l'instinct pour tout et n'importe quoi. Et pour sa part, le Bélier se fatiguera vite à vouloir faire bouger cette tête de mule dont il n'est d'ailleurs pas conseillé de pousser la patience à bout, car l'éruption risque d'être surprenante. Bref on l'aura compris, ces deux signes aux fonctionnements complètement opposés ont réellement de quoi se détester !

 

Cancer : Si vous ne connaissez pas précisément la nature du signe Cancer, vous allez découvrir un être profondément sentimental, hypersensible aux ondes du monde extérieur, souvent plongé dans la rêverie ou la contemplation, et trouvant refuge à l'abri de son foyer dès que le tonnerre gronde. Il paraît difficile de concilier cette cyclothymie, cette méfiance, ces réflexes farouches, ce repli systématiquement défensif avec les élans incandescents d'un Bélier au sang chaud, arguant son impatience d'hyperactif, ou trahissant son manque d'empathie pour les faibles.

 

Vierge : Mentale, méthodique, disciplinée, stratégique, maniaque, cette Vierge aborde toute réalisation d'une façon diamétralement opposée par rapport à un Bélier spontané, proactif, entreprenant, fonceur et pragmatique. Même professionnellement ces deux signes auraient du mal à s'encadrer, alors sur le plan amoureux quelles sont leurs chances ? D'autant que la Vierge, modeste, sobre et effacée, risque fort de ne pas apprécier le caractère fier, sûr de lui et trop entier du Bélier. Les emportements colériques de ce dernier accentueront encore la nature stressée de la Vierge, qui risque de terminer comme une pelote de nerfs.